Secretary-General message to One Billion Rising Campaign | Message adressé à la campagne Un milliard de personnes debout contre la violence

14 February 2013 | Uncategorized

New York – The global pandemic of violence against women and girls thrives in a culture of discrimination and impunity.  We must speak out.  That is why I launched my global UNiTE to End Violence against Women campaign.  As part of this, I am proud to emphatically raise my voice and join the chorus of all those taking part in the One Billion Rising campaign.

But this must be more than a day of advocacy.  It must be a day that triggers action.

In less than three weeks, at the meeting of the Commission on the Status of Women, the world will gather at United Nations Headquarters for the largest-ever UN assembly to end violence against women and girls.  Eighteen governments have pledged to come to this historic gathering with new initiatives to stop gender-based violence by improving access to justice, ratifying international conventions, strengthening protection, toughening punishment and enhancing prevention and education.  They are part of UN Women COMMIT to end violence against women and girls initiative.

I encourage all of you to call on your leaders to join this effort.  On this special day, I urge all governments to send us a Valentine message: a concrete commitment of action to end violence against women and girls.  Bring that commitment to the Commission on the Status of Women meeting in New York in 18 short days.

By standing together we can end violence against women and girls and build a world where all live free from harassment and fear.  This will have benefits that reverberate far beyond the affected individuals as they become empowered to help create a better world.

 

French Version

New York – La pandémie mondiale de violence contre les femmes et les filles prospère dans une culture de discrimination et d’impunité. Nous devons faire entendre notre voix. C’est pourquoi j’ai lancé ma campagne mondiale « Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes ». Dans ce contexte, je suis fier d’élever la voix avec force et de me joindre à tous ceux qui participent à la campagne Un milliard de personnes debout contre la violence.

Mais ce mouvement ne doit pas se résumer à une journée de mobilisation; ce doit être une journée qui suscite une action.

Dans moins de trois semaines, à la réunion de la Commission de la condition de la femme, la communauté mondiale se rendra au Siège de l’Organisation des Nations Unies pour la plus vaste réunion jamais organisée par l’Organisation afin de mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles. Dix-huit gouvernements se sont engagés à participer à ce rassemblement historique avec de nouvelles initiatives visant à mettre fin à la violence sexiste en améliorant l’accès à la justice, en ratifiant les conventions internationales, en renforçant la protection, en alourdissant les sanctions et en améliorant la prévention et l’éducation. Ils participent à l’initiative lancée par ONU-Femmes engageant les gouvernements à mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles.

Je vous encourage tous à exhorter vos dirigeants à s’associer à cet effort. En cette journée spéciale, je demande instamment à tous les gouvernements de nous adresser un message à l’occasion de la Saint-Valentin : un engagement concret à agir afin de mettre fin à la violence contre les femmes et les filles. Apportez cet engagement à la réunion de la Commission de la condition de la femme à New York, dans 18 jours.

En unissant nos efforts, nous pouvons mettre un terme à la violence contre les femmes et les filles et édifier un monde où chacune pourra vivre à l’abri du harcèlement et de la peur. Cette démarche aura des avantages qui se répercuteront bien au-delà des personnes touchées, lesquelles acquerront les moyens de contribuer à créer un monde meilleur.